Roselyne Montassier

Elle vit et travaille à Rocheservières (85).

En 2010, elle s’installe comme artiste, étant inscrite à la Maison des artistes à Paris, dans le petit village de Rocheservière, en Vendée. Mes inspirations sont astrales et organiques et on les retrouve dans mes petits personnages oniriques. Je crée aussi des pièces contemporaines, que j’appelle pièces géométriques, car il peut y avoir l’apport de sculptures végétales, explique Roselyne Montassier.

L’artiste travaille aussi le raku nu, sans émail, mais préfère dire qu’elle travaille la porcelaine polie à l’agate. Cela explique mieux mon travail car on confond souvent avec le raku. La technique est bien plus difficile. Je travaille la sculpture dans un bloc. Une fois mi-sèche, mi-humide, une étape appelée l’aspect cuir, je polis la sculpture à la pierre d’agate manuellement. Il y a autant de temps de polissage que de création pure. C’est très long, très minutieux et il faut faire attention à ne pas abîmer la sculpture.

Elle effectue ensuite une première cuisson, puis une seconde où se produit le choc thermique. La cuisson se fait avec une protection sur les parties que l’on souhaite garder blanches. Les parties noires ont été colorées par la fumée du feu. Les parties blanches sont tatouées…, ajoute Roselyne Montassier, dont le travail se fait entièrement sur l’argile pur sans le phénomène de l’émail. Ses pièces sont uniques.

(Ouest France)